Attente amoureuse, téléphone et "bonnes vibrations"

Depuis que le téléphone existe, l’amour n’est plus le même. Davantage que dans des époques précédentes, il est devenu une attente. Une attente plus impatiente que jamais et qui fait que le temps s’écoule d’une manière différente qu’en « temps » normal.

     Oui, les heures s’égrènent d’une bien autre manière dans l’attente amoureuse. Plus que jamais et d’une manière presque douloureuse, le temps qui passe tend vers une fin bien concrète - vers ce signal ultime dont on attend de mettre fin à tous les doutes et à toutes les angoisses et de rétablir la certitude que rien n’est encore perdu pour une relation aux apparences parfois si fragiles.

     Et en parlant de téléphone, il faut encore distinguer entre les « anciens » (appelés aujourd’hui téléphones « fixes ») et « modernes » - nos mobiles bien- aimés. Dans leur version plus primitive et un peu grossière (surtout en comparaison avec lesdits mobiles), telle qu’elle était restée encore jusqu’aux années 80, le téléphone fixe avait bien l’air d’un piège perfidement tendu, dans lequel seraient tombés tous ces êtres qui l’auraient approché pour attendre un appel, tous ceux qui l’auraient intensément scruté dans l’espoir d’obtenir sa faveur suprême – cette sonnerie qui aurait fait revenir le sourire sur leurs lèvres et le soleil dans un ciel jusqu’alors obscurci. 

    Le portable et les versions plus récentes du « fixe » ont inauguré une nouvelle ère dans ce mystérieux rapport qui lie le téléphone à l’amour. Le nom du bien- aimé (de la bien- aimée) s’affichent désormais en même temps que résonne, à la place de la sonnerie flegmatique et quelque peu ronflante de l’ancien téléphone, un bout de morceau musical fort dynamique ou un signal sonore carrément électrisant qui à eux seuls déjà réveillent les sens et annoncent, surtout quand on est amoureux, une immersion imminente dans l’émotionnel et l’affectif. Désormais, inconsciemment ou pas, on attend non seulement la voix de la personne aimée mais aussi le signal musical qui l’introduit. Sans oublier l’association unique qui combine ce signal au nom de l’amoureux (-euse) s’affichant sur le petit écran et qui fait fondre le cœur de l’interlocuteur (–trice) de l’autre bout du… « sans- fil ». 

      Qui le « fait fondre » - ou, plutôt, qui le « fait vibrer » ? Car si la musique elle- même joue ici aussi le grand rôle que nous lui connaissons tous dans l’amour, il faut dire qu’une grande partie du charme des signaux musicaux résonnant de nos mobiles consiste en le simple fait de leur vibrations répétées. Ce n’est plus le « ronflement » de l’ancien téléphone fixe (même si quelques- uns d’entre nous restent fidèlement attachés à celui-ci, l’ayant, notamment, choisi d’entre tant d’autres options comme sonnerie de leur portable) mais c’est comme un frémissement vivant, une pulsation, qui, en se synchronisant avec les vibrations de notre propre cœur, fait ressusciter la vie là où l’attente prolongée et triste de l’appel tant espéré avait déjà failli s’assimiler à une petite mort.

      Ces vibrations entrecoupent d’une manière bien hardie et drôlement irrégulière les mélodies du répertoire musical des grandes marques de téléphonie mobile. La séquence Liszt, la plus « classique » des options de Nokia par exemple n’en est pas épargnée non plus. Mais quand on est « tombé en amour » (comme disent les Canadiens), on n’est point scandalisé d’entendre ce bourdonnement électronique interrompre ainsi par intervalles même les célèbres Rêves : cela sublime à sa manière la valeur romantique de l’œuvre de Liszt et lui accorde, d’autre part, la signification d’appel téléphonique amoureux qu’elle ne pouvait pas avoir au départ. Personnellement, j’étais très attachée à cette mélodie dans son interprétation « bourdonnante » (notamment), de Nokia, Avant de la changer précipitamment, après une déception sentimentale, pour le « Nocturne » du même répertoire. Malgré son titre, cette option musicale n’a en effet rien de classique ou de vraiment romantique, c’est tout le contraire ; pourtant, les sons bien « électroniques » de ce Nocturne étonnamment énergique n’en procurent pas moins de plaisir lorsque, tout en voyant s’afficher le nom de la personne tant attendue, vous les entendez se déverser sur vous tel un radiant feu d’artifice.

 

Dessy Damianova/Rédactrice chez Tribunes Romandes

Copyright © Tribunes Romandes - Tous droits réservés

Partager cet article

1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..