Dans vingt ans, tous polyglottes ?

Il est extrêmement difficile de dénombrer toutes les langues parlées sur la planète... il en existe certainement près de 7000, de quoi donner le tournis, même au polyglotte. Il faut y ajouter les langues dites mortes (par exemple le latin ou le sanskrit), toujours apprises mais dont l'enseignement est parfois remis en cause. Apprendre une langue, c’est pour certains un loisir, et pour beaucoup tout simplement un apprentissage. Apprentissage jugé difficile avec l’âge... on le sait, plus les langues sont apprises jeunes, plus le cerveau parvient à les intégrer.

Pour le linguiste, le continent européen présente un profil étrangement contrasté, où la grande diversité des langues (et des dialectes survivants) cache en vérité un même ensemble linguistique, les langues indo-européennes. Seuls le basque, le hongrois et le finnois échappent à cette catégorisation.

Pour le polyglotte, les barrières linguistiques s'effacent et le français, l'allemand, l'italien ou l'espagnol constituent des atouts imparables. Au sein du marché du travail, les chances de trouver un emploi s’en trouvent bien souvent décuplées. Une théorie extrêmement séduisante, mais qui est pourtant remise en question par de nombreux systèmes éducatifs européens.

L’anglais comme figure imposée

On assiste clairement à la prédominance de l'apprentissage de l'anglais, parfois dès la primaire. Une idée qui a ses soutiens et ses détracteurs, mais qui a le mérite de familiariser les très jeunes avec une autre langue. Auront-ils l’envie d’approfondir leur langue maternelle, ou d’étudier d’autres langues de leur choix par la suite ? La question reste en suspens… Ce qui est certain, c’est que la première langue du monde globalisé (néanmoins dépassée par le mandarin et l'espagnol en nombre de locuteurs) fait l'unanimité sur le continent. Au point qu'on assiste progressivement au déclin du français et de l'italien.

Plusieurs cantons alémaniques, tels que Zurich ou St-Gall, ont récemment envisagé offrir une dispense aux élèves qui ne parviennent plus à suivre les cours de français. Schaffhouse a déjà supprimé l'enseignement du français dans certaines de ses classes. Cette offre de dispense, ajoutée à la place plus importante de l'anglais dans l'enseignement, interpelle. Et nous permet de dresser une tendance européenne globale. Au lieu de garantir l'élargissement des connaissances, les champs éducatifs opèrent désormais ce qu'on peut appeler des restrictions. Dans cet exemple alémanique, il ne s'agit pas seulement de constater un scepticisme pour la langue de Molière, mais aussi une aversion à l'allemand standard qui a perdu de sa superbe. Plus généralement il faut y voir une restriction idéologique: l'anglais, langue de l'économie, du commerce et de la culture de masse, supplante naturellement ses concurrents.

Eliminer le superflu

Ainsi, le phénomène linguistique qui s'opère largement au nord de l'Europe (les néerlandais ou les scandinaves passent souvent pour de meilleurs anglophones que leurs congénères du sud) serait-il en passe de faire des petits ? Tout s'accorde à l'affirmer... Les puristes qui chaque année scrutent la déliquescence de la langue française peuvent continuer à pousser des hurlements, c'est bien la tendance qui se dessine.

Pour Alexander Arguelles, infatigable polyglotte qui parle près de vingt langues, il faudrait maîtriser six d'entre elles au moins pour se dire instruit. Même si connaître et parler autant de langues reste exceptionnel, car lié en grande partie à l’hérédité ou à la mobilité du polyglotte étant enfant, tout concorde dans l’éducation à rationner ce qui est jugé comme superflu. Parler plusieurs langues constitue pourtant un avantage indéniable, en terme de garantie économique pour le futur, en terme d'ouverture sur le monde.

Faustin Rollinat - Rédacteur Tribunes Romandes

Copyright © Tribunes Romandes - Tous droits réservés

Partager cet article

1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..