Entretien avec Jean-Denis Garo, Directeur Communication & Marketing Support Aastra

Catégorie : Interview
Par Thierry Dime, Directeur de publication

 

Tribunes Romandes Quelle est la nouveauté dans cette étude ?

Jean-Denis Garo Ce qui ressort particulièrement de cette étude reste l’évolution manifeste de l’intérêt des solutions vidéos par les DSI, intérêt certainement consolidé par la demande, en effet l’étude montre aussi que prés de 70% des répondants ont consulté leurs services informatiques pour des projets sur la vidéo.

Il nous paraissait donc important de faire un point sur la stratégie des entreprises en matière de collaboration vidéo. Cette année l’actualité a beaucoup mis en lumière les solutions de visioconférences suite aux risques de pandémie, ou comme vecteur efficace de réduction des émissions de Co2. Nous souhaitions recueillir l’avis des DSI (Directeur des Systèmes d’Informations) et également aborder la question de la vidéo dans son ensemble : des solutions intégrées aux outils collaboratifs, aux solutions dédiées de téléprésence. Cette étude arrive aussi à un carrefour : la rencontre de l’évolution des usages avec une certaine maturité de l’offre technologique.

Tribunes Romandes Votre étude a été faite auprès des décideurs ayant plus de 100 salariés. Peut-on dire que les solutions de collaboration vidéo d’Aastra ne s’adressent qu’aux entreprises de cette taille ?

Jean-Denis Garo Évidement non, on peut toutefois remarquer que les projets vidéos sont beaucoup plus prégnant dans le cadre de sociétés multisistes. En effet, vous hésitez à contacter un voisin de bureau par vidéo, alors que cela devient intuitif si celui-ci travaille chez lui ou sur un autre site. Nous comptons beaucoup d’utilisateurs dans des entreprises avec peu de salariés, mais couvrant de large territoires. Les réunions vidéos deviennent le point de rencontre privilégié, quant il est difficile ou couteux de déplacer toutes les équipes sur un même lieu physique.

Tribunes Romandes La complexité d’intégration des outils de collaboration vidéo sur IP au réseau des entreprises est un des freins relevé dans votre étude. Existe-t-il un accompagnement pour les entreprises ?

Jean-Denis Garo C’est en effet un des résultats de l’étude. La plupart du temps les entreprises ne possèdent pas en interne les compétences pour gérer ces projets, a fortiori une PME. C’est pourquoi l’intégrateur, avec le support de l’éditeur joue un rôle particulier dans l’accompagnement. Nous sommes dotés comme nos partenaires de chef de projets et menons avec l’utilisateur une étude des besoins préalable au projet.

L’appropriation de ce type d’outils suit d’ailleurs des scénarios très élaborés, pour exemple nous préconisons de commencer le déploiement avec un petit groupe, moteur, qui ensuite deviendra évangélisateur au sein de la structure. L’accompagnement au changement fait aussi parti du projet.

Tribunes Romandes Une formation est souvent recommandée pour exploiter tout le potentiel de ces outils et aider les employés à obtenir le meilleur retour sur investissement possible. Existe-t-il des formations dans ce sens avec des solutions Aastra ?

Jean-Denis Garo Oui, elles sont portées par l’intégrateur. Celui-ci est amené à proposer différentes formations en fonction du profil de l’utilisateur. (télétravailleur, travailleur mobile, agent de centre de contacts, assistante etc.)

Tribunes Romandes Avant d’adopter une solution telle que la TWP (Telephony Web Portal), une entreprise doit-elle au préalable faire une évaluation de l’état de son réseau?

Jean-Denis Garo Nous le conseillons à nos partenaires intégrateurs. Les flux Vidéo à l’instar des flux ToIP, sont des échanges qui transitent en « temps réels » sur le réseau d’entreprise. Ces flux nécessitent donc une qualité de service irréprochable (taux de perte de paquet, latence, gigue) si l’on veut apporter le meilleur ressenti utilisateur. L’évaluation réseau est donc indispensable avec deux niveaux d’analyse.

En premier, sur le réseau local (LAN) ou étendu (MAN), l’analyse du « design » du réseau existant, et la mise en place de mécanisme de CoS/QoS est généralement suffisant. Et ensuite sur les réseaux d’interconnexion (WAN), une phase d’audit est nécessaire, avec pose de sonde pour analyser la performance du réseau, ainsi que la stabilité de celui-ci sur une période d’environ une semaine.

Tribunes Romandes Avec les outils de travail collaboratif, il y a toujours une crainte des entreprises en matière de sécurité. Votre solution offre-t-elle une protection pour limiter les accès non autorisés aux informations de l’entreprise ?

Jean-Denis Garo Notre solution possède deux types de protection : une sécurité interne et une sécurité externe.

Interne : notre solution n’outre passe pas la sécurité déjà mise en place pour les utilisateurs. Si par exemple un utilisateur n’a pas accès à certains annuaires, ou communications téléphoniques vers l’étranger, la solution Aastra TWP ne dépassera pas ces limites. De plus, l’administrateur de la solution peut gérer la sécurité par utilisateur ou de manière globale notamment pour tout ce qui concerne la gestion de présence et les communications multimédia.

Externe, car en effet, tous les fichiers qui peuvent être échangés lors de collaboration entre utilisateurs ne se fait qu’entre utilisateurs TWP et non avec des utilisateurs externes.

Tribunes Romandes Compte tenu du coût, pensez-vos que la démocratisation des outils de collaboration vidéo sur IP dans les entreprises sera pour bientôt ?

Jean-Denis Garo Le cout très abordable, et rapidement amorti, n’est pas un frein. L’usage crée le besoin, et l’usage est déjà bien réel. Parmi les jeunes générations les outils « collaboratifs » du type MSN, ou Skype pour d’autres ont fait depuis quelques années le travail d’évangélisation. Les salariés souhaitent retrouver dans leur environnement de travail : sur le poste de travail ou leur mobile, ce type d’outils. La grande différence est que dans le cadre professionnel, les outils collaboratifs doivent être fiables 24h/24h, sécurisé et de qualité suffisante. Ils doivent en outre être intégrés au système d’information. Dans le cadre d’échanges commerciaux une entreprise ne peut se permettre de composer avec la qualité comme on le fait à la maison, avec des amis ou la famille. C’est ce savoir faire technologique qu’Aastra apporte aux entreprises. Nos outils de communication changent, et notre approche même de la communication évolue aussi, le mail est dépassé pour les uns, devient un outil de stockage pour les autres, et la vidéo elle est de plus en plus présente sur nos téléviseurs, consoles de jeux, téléphone mobile, et poste de travail.

 

Interview réalisée par Thierry Dime

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

Partager cet article

1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image