Interview de Violaine Martinella-Grau à propos de son livre « Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes »

Tribunes Romandes Appointée à la gendarmerie vaudoise, vous venez de sortir un livre qui s’intitule « Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes ». N’est-ce pas un livre de trop ?

Violaine Martinella-Grau : Pas du tout, même s'il est vrai que la littérature dans ce domaine est importante.

Cet ouvrage est véritablement novateur et comble un vide en la matière. Son originalité tient à trois aspects :

  • Il présente des outils efficaces pour prévenir la violence, gérer une situation de crise et poursuivre le quotidien une fois l'événement passé. Ces outils sont pour la plupart utilisables de suite par le lecteur qui peut réellement les appliquer dans son quotidien. D'autres nécessitent une formation pour les pratiquer avec facilité.
  • Il présente  les spécificités de la violence en Suisse (les jeux violents à l'école, les statistiques nationales, le droit pénal des mineurs, etc.).
  • Il est rédigé de manière simple, claire et avec de nombreux cas réels, ceci afin de véritablement apporter du concret au lecteur.

Tribunes Romandes Ce qui est frappant dans ce livre, c’est l’évocation et la description de faits réels qui se sont produits. Le but visé est-il d’inquiéter le lecteur ?

Violaine Martinella-Grau : Absolument pas. L'évocation de faits réels était pour moi un véritable choix d'auteur, ceci afin de donner une certaine coloration au livre. Par ailleurs, ma volonté était également de transmettre au lecteur que la violence existe, que nous la côtoyons au quotidien, sous des formes très diverses et il n'y a pas de honte à le reconnaître. Enfin, subir de la violence ou assister à des scènes de violence génère une forte charge émotionnelle. En l'exprimant au travers de ces cas réels, c'était une façon pour moi de dire au lecteur qu'il n'est pas seul face à cette problématique, que plein d'autres personnes y sont confrontées et que les émotions qui y sont liées sont tout à fait légitimes.

Tribunes Romandes Quelles sont les violences les plus récurrentes chez les jeunes ?

Violaine Martinella-Grau : Je dirai que ce sont principalement dans les délits mineurs (incivilités, dommages à la propriété, voies de fait, brigandage) que la violence est en forte augmentation et que les jeunes se distinguent. Cependant, il ne faut pas oublier que cette violence ne touche que le 3 à 5 % des jeunes en Suisse. Plus généralement, une forte diminution du respect de l'autre et de l'autorité (policier, enseignant, etc.) est constatée. Ceci pourrait s'expliquer peut-être par l'accent porté ces dernières années sur les droits des enfants, au détriment d'une information et d'une éducation sur leurs devoirs. Le phénomène des "enfants rois" joue également certainement un rôle.

Tribunes Romandes Le « Shag band » ou « Bracelet du sexe » est l’accessoire de mode qui fait ravage dans certains établissements scolaires notamment au Brésil ? Que signifie-t-il ?

Violaine Martinella-Grau : C'était un jeu très en vogue au Brésil, qui a débuté en 2009 avec la commercialisation des bracelets en plastique coloré que nous trouvons également en Suisse. Les jeunes ont attribué des codes sexuels aux couleurs (une danse érotique, un baiser, une fellation, etc.). Le jeu était d'arracher les bracelets des autres et d'obtenir la faveur sexuelle correspondante. Ils ont cependant été interdits par le Gouvernement en avril 2010, suite au viol d'une mineure de 13 ans. Par rapport aux jeux sexuels entre mineurs en Suisse, il est intéressant de relever qu'une étude réalisée par l'hôpital de Zürich en 2006 a démontré que le 40% des cas de violences sexuelles commises sur des enfants étaient le fait d'agresseurs mineurs.

Tribunes Romandes Par très éloigné du « Bracelet du sexe », nous connaissons en Suisse des jeux tels que "Action ou Vérité » ou même celui du foulard. De tels jeux ne sont-ils pas un signe que l'éducation dans nos écoles n'est ni suffisante ni de bonne qualité ?

Violaine Martinella-Grau : Je ne dirai pas cela. Par rapport à ces jeux, il est très difficile d'en mesurer l'ampleur et d'en donner des statistiques, les jeunes s'exprimant peu sur le sujet et personne n'étant là sur le chemin de l'école pour les suivre dans ce type d'activités. Quant à la prévention, la question est toujours ouverte. Faut-il prévenir les jeunes sur les dangers de ces jeux, au risque de leur donner des idées qu'ils n'auraient peut-être pas eues ou vaut-il mieux ne rien dire, en espérant qu'ils ne s'y adonnent pas ?

Tribunes Romandes Comment peut-on canaliser la violence des jeunes ?

Violaine Martinella-Grau : L'une des manières possible est de favoriser l'émergence d'une passion pour un sport ou pour toute autre activité. Pour que cela fonctionne, l'adhésion du jeune est fondamentale. Une autre possibilité est de montrer l'exemple, par un comportement sain, en situation de violence ou d'agressivité. Fixer des limites est également fondamental.

Pour revenir aux jeunes qui connaissent des problèmes de délinquance et/ou des troubles sérieux du comportement, la pratique d'un art martial en milieu sécurisé fait souvent des miracles. Le policier valaisan Raphaël Roig, avec lequel je collabore sur divers projets en lien avec la gestion et la prévention de la violence, s'est spécialisé dans cette pratique et a remporté plusieurs succès avec des jeunes placés en centre éducatif. A travers la pratique du Close Combat, il leur inculque la maîtrise de soi et le respect de l'autre.

 

Interview réalisée par Thierry Dime – Directeur de Publication

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

Partager cet article


AMIGUET Stéphane (29.12.2011 (08:46:06))
Un livre que l'ont ne peut et ne doit rater sous aucun prétexte
Carole (20.06.2012 (00:03:49))
Et la violence verbale dont Mme Martinella a été elle-même l'auteure, l'a-t-elle déjà oubliée ?
1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..