Interview de Pierre Maudet en vue de l'élection du 17 juin prochain

Tribunes Romandes Si vous êtes élu, quelle sera votre première action ?

Pierre Maudet Si je suis élu, j’aurai deux possibilités qui s’offriront à moi : soit j’essaie de mettre des pansements sur  ce qui ne fonctionne pas aujourd’hui, soit j’essaie déjà aujourd’hui de me demander ce qu’il faudra pour demain. Une des grosses difficultés qu’a le monde politique aujourd’hui, c’est de devoir trouver des solutions en urgence pour des choses qui dégénèrent à l’instant et ainsi se détourner des questions qui se posent pour demain.

Donc si je devais être élu, la première chose que je ferais c’est de me demander quelle situation je veux à l’horizon de 2030 ou 2035 pour mes enfants qui ont 5 ans, 3 ans et un an ; une situation où ils puissent se loger, où ils puissent travailler, où ils puissent circuler.

C’est pourquoi je commencerais par lancer de grandes études, concrètes, sur la traversée du lac. Parce que pour moi c’est essentiel au niveau ferroviaire et routier de fluidifier la circulation dans le canton. Je lancerais aussi le grand projet, qui me semble essentiel pour Genève, de l’utilisation de la pointe de la Jonction par un des départements de l’EPFL sur les neurosciences et ainsi développer l’enseignement et la recherche sur un secteur clé au niveau géographique.

Et puis, je ferais en sorte de développer toute mon énergie dans le projet du PAV (Praille-Acacias-Vernets) parce que c’est là qu’on a le potentiel de logements le plus important dans les dix années à venir.

Tribunes Romandes Vous vous dites le candidat de la confiance, pourquoi ?

Pierre Maudet Je pense que l’un des enjeux de cette campagne, c’est de rétablir la confiance dans l’administration et dans le pouvoir politique. On a souvent l’impression, et il y a quelques exemples qui l’ont démontré dans un passé récent, que l’administration et le monde politique s’éloignent de la populati on. Pour prendre un exemple concret, on a nouveau réseau de transports publics à Genève, fait par des ingénieurs, pour des ingénieurs et on peut facilement penser qu’il est déconnecté des réalités vécues par la population tous les jours.

La chance que j’ai, c’est d’exercer depuis cinq ans un mandat municipal, proche des gens, en contact avec des problématiques qui paraissent très triviales mais qui sont bien réelles, comme les problèmes de poubelles, de salubrité, d’incivilité et donc de sécurité. Tout cela représente un bagage que je souhaite amener au niveau de l’état parce qu’aujourd’hui, l’administration cantonale au sens large, s’est un peu détachée des préoccupations réelles des gens.

Je pense que lorsque le Grand Conseil vote sur un projet de dépôt de bus et de trams à hauteur de 330 millions de francs, ceci au bout de la piste de l’aéroport, et bien on se marche un peu sur la tête : on consacre plus d’argent pour cette affaire-là que pour le nouveau bâtiment des lits de l’Hôpital cantonal, où des patients vont passer 24h/24h.

C’est pourquoi l’un des enjeux de cette élection c’est le retour du bon sens, le sens des réalités, la capacité de comprendre ce qui vient du terrain.

Tribunes Romandes Quel département visez-vous et pourquoi ?

Pierre Maudet A priori, je suis quelqu’un de polyvalent et qui s’intéresse à tout ce qui concerne l’activité publique. Et puis, je connais les règles, le dernier arrivé choisi en dernier son département… Je pense avant tout que les départements doivent être réorganisés, une des choses qui déplait à la population, c’est qu’il y a 4 ans, il y a eu des redécoupages qui n’étaient pas toujours pertinents. Séparer l’emploi de l’économie ce n’est pas très rationnel. Mettre l’environnement et la police ensemble, c’est offrir au magistrat en charge de ce département une masse de travail bien trop grande.

C’est pourquoi j’espère que le nouveau conseil d’état, avec cette personne supplémentaire qui va arriver, va se donner le temps de la réflexion pour réorganiser les départements autour de dossiers-clés. Ensuite, je pense que ces dossiers doivent être supportés par plusieurs magistrats. Nous ne sommes plus à l’époque où une personne est Monsieur ou Madame Miracle, on doit vraiment porter les dossiers ensemble et ça je le vois déjà en Ville de Genève, dans l’exécutif dont je fais partie.

Tous les dossiers m’intéressent et je pense être capable d’intervenir dans tous, mais un des enjeux qui me passionne le plus, c’est celui des infrastructures. Je pense qu’aujourd’hui pour le développement de l’économie, il faut créer des conditions cadres. Un des éléments dont je suis fier c’est d’avoir contribué à le faire en Ville de Genève avec la fibre optique, Genève sera le premier canton et la première ville de Suisse à être entièrement fibrée et ce déjà à la fin de l’été 2012. Donc la capacité d’investir des sommes parfois substantielle dans ce qui fait les infrastructures de transport, de communication, de logement c’est un des éléments clé. Et de ce point de vue-là, le département qui s’occupera des constructions et de l’aménagement du territoire est, peut-être, celui qui m’intéresse le plus.

Tribunes Romandes A Genève, les citoyens ont, en gros, quatre problématiques qui les inquiètent : la sécurité, la mobilité, les finances publiques et le logement. Que leur répondez-vous sur ces points-là ?

Pierre Maudet Pour la sécurité, de mon point de vue, et je le montre en ville de Genève, il faut avoir la capacité d’augmenter les effectifs, de recruter d’avantage, d’augmenter la capacité carcérale, c’est à dire les places de prisons. On a une magistrate à la tête de ce département qui est bien seule et qui est confrontée aux problèmes résultants de non décision du passé.

Pour ce qui est de la mobilité, je pense que l’on n’arrivera à rien si on ne fait pas sauter ces terribles bouchons. Par exemple, je suis attaché à l’idée qu’en ville il ne devrait plus y a voir de trafic de transit, mais pour cela il faut offrir une alternative. Une parmi d’autre ce serait d’augmenter la capacité de l’autoroute de contournement et de créer une traversée de la Rade ou plus précisément du lac qui permette au niveau ferroviaire et routier de boucler le contournement de Genève.

Pour ce qui est des finances publiques il n’y a pas de miracles ; l’annonce de Merck-Serono est  dévastatrice pour Genève. Il faut y voir un signal d’alarme, on va vers des temps difficiles donc il faut resserrer les finances publiques. Les resserrer c’est aussi se donner la capacité de payer la caisse de pension des fonctionnaires qui est dans un trou de cinq à six milliards. Donc il faut faire extrêmement attention aux dépenses, être rigoureux, ne pas créer de nouveaux services ou de nouvelles prestations qui créeraient des attentes supplémentaires. Et de ce point de vue-là c’est plutôt un discours de sacrifice.

Enfin pour le logement, il faut pouvoir poser une vision sur l’avenir pour évaluer ce que sera Genève peut-être ne 2030 afin qu’on essaie de garder la possibilité de loger ici, à Genève, nos enfants. Il faut ici poser un diagnostic sur ce qui dysfonctionne à Genève, sur ce qui doit à tout prix être entrepris aujourd’hui. Ceci avec des moyens financiers et humains pour rattraper un certain retard.

Tribunes Romandes Vous mentionnez l’affaire Merck-Serono, qu’auriez-vous fait à la place du Conseil d’état ? Et que ferez-vous pour que cela ne se reproduise pas à l’avenir ?

Pierre Maudet Moi je l’ai appris le mardi matin, le gouvernement cantonal le lundi soir. Pour moi ce n’est pas définitivement acquis, il faut se battre, il n’y a pas de raison que l’histoire se termine comme ça. Pour le reste, on connait la situation économique genevoise qui est volatile et vulnérable : volatile parce que les entreprises qui font le tissu économique genevois, pour une grande partie d’entre elles, s’échappent facilement ; et vulnérable parce qu’on est  dans les secteurs qui sont très attaqués aujourd’hui : la banque, l’horlogerie, les pharmas et les assurances. Donc il faut se battre pour conserver les avantages ici.

Sachant qu’il s’agit d’un centre de recherche, et que l’entreprise est allemande on sait déjà que le combat sera plus difficile que  celui qu’a connu le canton de Vaud avec Novartis, mais rien n’est perdu.

Interview réalisée par Stanislas Dikamona & Romain Wanner

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

Partager cet article

1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..