Entretien avec Eric Stauffer en vue de l’élection du 17 juin 2012

Tribunes Romandes Si vous êtes élu, quelle serait votre première action ?

Eric Stauffer Alors, comme vous le savez, j’ai organisé et dirigé ma campagne sur l’aspect de la sécurité de l’intégrité physique parce qu’aujourd’hui Genève a dépassé  toutes les limites de l’acceptable. Le département de la sécurité de la police et de l’environnement nous dit qu’il y a environ quatre cent cinquante individus qui représentent à eux seuls quarante pourcents de la criminalité genevoise. Ces personnes sont ce que l’on appelle des « NEM » : des pseudos réfugiés qui ont jetés leurs papiers et que l’on ne sait pas où renvoyer. Ils nous disent sans cesse des mensonges sur leur origine et on ne peut dont pas obtenir de laisser-passer pour les renvoyer chez eux.

Ce sont tous des multirécidivistes, il faut bien comprendre qu’on ne parle pas du réfugié qui respecte les règles et qui vient demander l’asile en Suisse, celui-là il faut lui donner assistance. Mais en ce qui concerne ces multirécidivistes, il faut les empêcher de commettre 40% de la criminalité du canton.

Ma première action sera donc de commander deux à trois cent containers cellules pour les mettre en zone aéroportuaire et d’appliquer la loi sans haine ni passion, mais simplement la loi qui nous permet de faire de la détention administrative pendant 18 mois de ces gens dont on n’arrive pas à connaître l’origine.

Cela aura un effet, c’est qu’en septante-deux heures, ces personnes pourront arrêter leur détention. Mais pour cela ils doivent simplement nous dire la vérité, d’où ils viennent. Une fois que leur origine aura été confirmée, ils obtiendront un laisser-passer pour rentrer chez eux.

Tribunes Romandes Pensez-vous que l’élection de François Hollande à la tête de la France aura un impact sur Genève ? Si oui, lequel ?

Eric Stauffer Oui, je pense que cette élection aura un impact. A mon avis, il se situera au niveau financier, puisqu’il y aura encore un peu plus d’évasion fiscale en direction de la Suisse. Maintenant en termes d’emploi, la France est dans une telle situation avec plus de deux millions de chômeurs que cela ne va pas changer grand-chose. Les gens rechercheront toujours l’Eldorado suisse et genevois. Vous imaginez bien que l’ingénieur qui est diplômé universitaire et qui gagne 10 euros au SMIG car il a dû travailler en caisse pour simplement avoir un travail, sautera sur un poste en Suisse où il pourra gagner le triple de son salaire. Par contre un ingénieur diplômé en Suisse qui doit travailler pour 4700CHF par mois, cela lui posera un problème. C’est donc cette disparité entre ces deux systèmes qui créé aujourd’hui un malaise grandissant au sein de la population suisse, et notamment dans les cantons « frontières » comme le canton de Genève.

Tribunes Romandes Vous avez fait de la priorité de l’emploi aux genevois une de vos priorités, qu’en est-il dans la concrétisation ?

Eric Stauffer Dans les faits, nous avons réussi à sensibiliser l’état, le gouvernement. On peut se rappeler de la déclaration du ministre du département social et de l’emploi, qui a fait un appel, au nom du gouvernement genevois, aux entreprises afin qu'elles engagent prioritairement des résidents genevois.

Ce travail commence à porter ses fruits, les gens ont pris conscience que pour ne pas détruire le tissu social de Genève, il faut donner la priorité de l’emploi aux résidents genevois, ceci sans faire de différences de nationalité, seul la résidence compte.

Tribunes Romandes Que pensez-vous de l’avenir de la région Franco-Valdo-Genevoise ?

Eric Stauffer Le MCG a toujours été favorable à la mise en place de cette région. Cependant, il nous paraît important que Genève reste le chef-lieu de cette région. Il ne faut pas oublier que s’il n’y avait pas le rayonnement de Genève, les départements de l’Ain et de la Haute-Savoie seraient des départements ruraux où il ne se passerait pas grand-chose. C’est donc bien le rayonnement de Genève qui a fait la prospérité de la région et cela c’est à maintenir en tout état de cause.

En revanche, on ne peut pas comparer les deux systèmes tant au niveau de la fiscalité que du législatif ou même des salaires. On ne peut pas comparer, aujourd’hui, un salaire français avec un salaire suisse. On ne peut pas imaginer un français travaillant en France et payant un loyer suisse. Maintenant le problème s’est inversé puisque beaucoup de frontaliers gagnent bien leur vie et ont donc pu payer des loyers plus chers. Ce sont les collectivités locales qui rencontrent énormément de problèmes de par cet afflux massif d’euro-frontaliers, car le français qui travaille en France ne peut plus se payer un loyer tellement la bulle immobilière a explosé en France voisine.

Tout changement trop rapide en matière politique a une consonance négative. Il fallait faire une transition sur une génération ou plus afin de laisser le temps au marché d’absorber ces flux migratoires pour que cela se passe beaucoup mieux.

Interview réalisée par Stanislas Dikamona & Romain Wanner

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

Partager cet article


Suisse résident FR (22.05.2012 (16:06:09))
1) "l’on appelle des « NEM » : des pseudos réfugiés qui ont jetés leurs papiers et que l’on ne sait pas où renvoyer."

=> FAUX ! Il s'agit d'une "Non Entrée en Matière", c'est à dire un refus du dépôt de dossier d'asile, et donc expulsable à tout moment (y compris via vol spéciaux). Rien à voir avec la perte des papiers / apatrides.

2) "l’ingénieur qui est diplômé universitaire et qui gagne 10 euros au SMIG car il a dû travailler en caisse pour simplement avoir un travail, sautera sur un poste en Suisse où il pourra gagner le triple de son salaire. Par contre un ingénieur diplômé en Suisse qui doit travailler pour 4700CHF par mois"

=> FAUX ! L'essentiel des 2 millions de chômeurs en France sont des sinistrés industriels / des jeunes de -25 ans / seniors. La grande partie des frontaliers sont des personnes entre 25 et 40ans. De plus la part des ingénieurs dans le chômage (Suisse et France) est infime.
Suisse résident FR (22.05.2012 (16:20:11))
"Il ne faut pas oublier que s’il n’y avait pas le rayonnement de Genève, les départemen ts de l’Ain et de la Haute-Savoie seraient des départemen ts ruraux où il ne se passerait pas grand-chose."

=> FAUX ! Quelques faits et chiffres (source : résultats officiels).

Entre autres, la Haute-Savoie est le 1er centre européen de la mécatroniq ue, un centre d'échange Européen (carrefour Italo-Germano-Franco-Suisse). Des sociétés mondiales sont implantées (Mobalpa, Somfy, Maped, Evian, Pilot, Dassault,SNR, Fusalp, Ubisoft ...) et dispose d'un rayonnement touristique mondial.
Quand à l'Ain, le départemen t dispose de 12,8 milliard de PIB répartis comme suit : Agriculture : 2.7 % industrie : 32,9% Services : 64,4% !!! Croire que Genève est pour tout cela est une ânerie. Genève y contribue certainement, mais n'est pas le principal facteur.


Bref, encore un tissu démagogiqu e et nationaliste prônant la facilité comme solution à des maux bien compliqués. Vivement Juin que tout cela s'arrête.
Manuel Acevedo (24.05.2012 (14:34:47))
M. Stauffer n'a pas compris que Genève est entrée en crise économiqu e et la vague de licenceiements ne fait que commencer car nos entreprises sont devenues moins compétitives.

En deux ans le cours de l'action des grandes entreprises Suisses a chuté dramatiquement: Kudelski: -77%, Logitech: -50%, Bobst: -30%, Credit Suisse: -50%.

Avec la dévaluatio n de l'Euro, il devient de plus en plus attractif de délocalise r en Allemagne et des entreprises Suisses délocalise nt déjà vers l'Allemagne: Novartis, Mammut, etc.

Et dans ce contexte, M. Stauffer vient aggraver la situation de nos entreprises en dressant les employés résidents contre les frontaliers.

En tant que patron d'entreprise, je peux vous assurer que le climat de confrontation entre les employés ne contribue pas du tout au regain de compétitivité de nos entreprises.

Au lieu de sémer la zizanie dans nos entreprises, ce serait plus utile de proposer des mesures de soutien à nos PME pour créer des emplois !
1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..