Interview de Guigone Devevey, chargée de développement pour Aide et Action Suisse, à propos de l'éducation inclusive.

Tribunes Romandes: Axée en particulier sur les groupes vulnérables et défavorisés, l’éducation inclusive s’efforce de garantir l’égalité des droits et des chances à l’éducation. Pourquoi cette problématique est-elle une des priorités d’Aide et Action ?

La mission d’Aide et Action est de donner au plus grand nombre accès à une éducation de qualité. Or en 2011, encore 67 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire n’y ont pas accès. Tout comme de nombreux jeunes adultes, un grand nombre de ces enfants sont exclus de l’éducation en raison de leur différence, qu’elle soit économique, socioculturelle, institutionnelle ou provienne d’un handicap. Tous se trouvent privés de la possibilité de se développer et de se construire en tant que personne pour faire face à l’avenir.

L’éducation inclusive désigne l’ensemble des activités qui permettent l’intégration par l’éducation d’enfants et de jeunes exclus de leur société. Par ce biais, Aide et Action œuvre pour permettre à chacun d’accéder aux connaissances et de développer ses capacités, quelle que soit sa « différence ».

 

Tribunes Romandes: Il s’agit d’une orientation de l’éducation qui vise à intégrer au sein du système éducatif les plus défavorisés. Sachant qu’une grande majorité de la population des pays en voie de développement vivent dans une extrême pauvreté, sur quels critères se base Aide et Action pour déterminer les personnes défavorisées ?

Les activités d’Aide et Action dans le domaine de l’éducation inclusive ciblent les enfants qui se trouvent en marge de leur propre société.

Il s’agit des enfants en situation de handicap par exemple. En effet, plus de 90% des enfants atteints d’un handicap, qu’il soit physique, moteur ou sensoriel, n’ont pas accès à l’éducation dans les pays en développement. Un grand nombre des enfants en situation de handicap sont en effet marginalisés, laissés pour compte par leur famille et leur communauté car le handicap est encore très souvent associé à des croyances superstitieuses. Par ailleurs, les écoles ne sont souvent pas accessibles physiquement à un enfant en fauteuil roulant (portes trop étroites, escaliers, etc.), ou bien celles-ci ne sont pas équipées et les enseignants non formés à accueillir un enfant sourd ou malvoyant.

D’autres enfants, issus de minorités ethniques ou linguistiques, ne parlent pas la langue utilisée à l’école et quittent en conséquence rapidement l’école. D’autres enfants encore sont contraints de suivre leurs parents dans leur parcours migratoire et souvent même de travailler à leurs côtés, coupés de tout lien social. Absents des bancs de l’école, ils hypothèquent leur avenir et ne pourront, une fois adultes, que reproduire le cercle vicieux de la pauvreté.

 

Tribunes Romandes: Comment se distingue concrètement le travail d’Aide et Action sur le terrain ?

Les activités d’Aide et Action visent avant tout à l’appropriation par les populations locales de leur projet éducatif. Cela signifie que les diagnostics sont établis avec elles, les projets résultent de concertation réunissant tous les acteurs de l’éducation (enseignants, directeur d’école, parents, associations de parents, autorités locales) et la mise en œuvre de ces projets relève, en majeur partie, des populations elles-mêmes. Cette démarche assure une plus grande implication des personnes concernées dans les projets, améliore ainsi leur efficacité et à termes, garantit leur pérennité.

Dans la droite ligne de cette démarche, Aide et Action n’envoie pas d’expatriés. Nos bureaux nationaux sont tenus par des employés locaux, sélectionnés pour leurs compétences et enracinés dans l’environnement dans lequel ils travaillent. Les bonnes pratiques et les expertises sont partagées par les équipes entre elles d’un pays à l’autre. Enfin, des spécialistes internes soutiennent la mise en œuvre des projets dans leur domaine de compétence (petite enfance, éducation inclusive, éducation des filles et des femmes, etc.).

 

Tribunes Romandes: Si on prend le cas de votre projet d’accès à l’éducation d’enfants en situation de handicap au Cambodge, comment peut-on évaluer son succès ?

Le succès final d’un projet est atteint lorsque la population le reprend à son actif de manière autonome et intègre ses composantes dans ses propres plans de développement sociaux ou éducatifs. Le projet est répliqué à plus grande échelle et certaines communes voisines sollicitent elles-mêmes Aide et Action ou ses partenaires pour les aider à réaliser un projet similaire. Un de nos projets de scolarisation des enfants exclus du système éducatif formel au nord du Togo et récemment achevé est un exemple typique de cet aboutissement.

Pour assurer leur succès, tous nos projets sont construits en amont autour d’une problématique de départ, d’objectifs globaux et spécifiques, d’un plan d’action, de résultats attendus et d’indicateurs d’atteinte de ces résultats. Ces indicateurs sont aussi bien qualitatifs (par exemple l’amélioration de la perception du handicap au sein de l’école) que quantitatifs (le nombre de personnes handicapées nouvellement scolarisées).

Ces indicateurs sont suivis tout au long du projet au moyen de rapports réguliers, de visites de terrain, de collectes de données, d’enquêtes, ainsi qu’à différentes étapes charnières du projet.

Une évaluation finale menée dans les mois qui suivent la fin du projet complète cette évaluation continue et met en lumière l’impact du projet.

 

Tribunes Romandes: N’est-ce pas utopique de penser que tous ces enfants auront un jour accès à l’éducation ?

Le défi est certes important, mais il existe de nombreuses initiatives au sein des pays en développement, menée par des associations locales, composées de personnes très motivées et compétentes. L’accompagnement d’Aide et Action leur permet de concrétiser ces initiatives, permet de toucher un nombre d’enfants largement supérieur à ce que ces associations locales seules peuvent faire. La transmission de notre savoir-faire, la mise en réseau et les échanges de bonnes pratiques permettent de renforcer les capacités de ces acteurs et de les rendre autonomes.

Enfin, nous menons des actions de plaidoyer auprès des autorités nationales locales qui visent à amener les Etats à assumer pleinement leur compétence en matière éducative.

Toutes ces démarches permettent chaque jour à des millions d’enfants de retrouver le chemin de l’école. La mobilisation de chacun est chaque jour un succès.

Partager cet article

1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..