Interview de Nicole Giroud, auteur du livre "Mission et Calvaire de Louis Favre" paru aux éditions Cabédita

Nicole Giroud est l’auteur de l’ouvrage « Mission et Calvaire de Louis Favre ». Ce livre retrace la vie d’un homme qui a été placé dans l’oubli à la fin de la deuxième guerre mondiale alors que son action durant celle-ci a été, on peut le dire, héroïque. Louis Favre, prêtre, a aidé la résistance en France en passant des documents en Suisse par la frontière genevoise qu’il traversait tous les jours pour enseigner. Une biographie romancée qui nous plonge au plus profond d’un personnage qui place l’humain avant tout et qui, jusqu’à son dernier souffle, gardera l’espoir de s’en sortir. Un livre qu’on pourrait sans autre qualifier de roman immersif et qui retrace la vie d’un homme oublié.

Tribunes Romandes  Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire cette biographie de Louis Favre ?

Nicole Giroud : C’est quelque chose de très romanesque au départ. J’ai rencontré et je suis devenue amie avec un très vieil homme, le doyen de notre commune, qui n’était autre que le frère aîné de Louis Favre. Il savait que j’écrivais et très peu de temps avant sa mort il m’a passé l’intégralité des documents qu’il avait en sa possession car il ne voulait pas que la mémoire de son frère meure avec lui.

J’ai beaucoup hésité à m’engager dans ce travail car je ne savais pas ce que j’allais découvrir au-delà des archives familiales mais à partir du moment où j’ai eu accès aux archives de la résistance et lorsque j’ai vu à quel point son action avait été remarquable, ça a été un puissant moteur.

Tribunes Romandes  Pourquoi avoir choisi de raconter la vie de cet homme au travers d’une biographie romancée au lieu de la forme biographique « pure » ?

N.G : J’ai fait ce choix parce que je ne voulais pas que Louis Favre ne soit connu que des historiens de la résistance ou des personnes passionnées par la deuxième guerre mondiale. Je voulais restituer la vie de Louis Favre, lui rendre vie. Et je l’ai fait en contrôlant chaque détail afin d’être au plus proche de ce personnage.

Tribunes Romandes  Comment cet homme, qui a fait quand même des choses héroïques pendant la guerre, a pu rester inconnu ?

N.G : Il y a là comme une sorte de mystère… A la fin de la guerre, les résistants commencent à recevoir les honneurs, tous les jours, dans les journaux, il y a le portrait d’un héros et beaucoup reçoivent la légion d’honneur et autre médailles militaires. Mais rien sur Louis Favre jusqu’au moment où Jean Deffaugt, Maire d’Annemasse de l’époque, écrit à Pierre de Bénouville : « Comment ça se fait que notre camarade qui a eu une attitude tellement exceptionnelle n’ait eu aucun honneur ? ». La direction générale de la Résistance en Suisse, qui était en fait le patron de Louis Favre, n’avait rien fait. Ce n’est que lorsque l’on commence à dire que ce n’est pas possible qu’on ait oublié un tel homme après ce qu’il a fait.

Je pense qu’il y avait, en France, à la fin de la Guerre, un besoin de réconciliation nationale. Il y avait eu les gens qui avaient pris parti d’un côté ou de l’autre et il fallait recréer une cohésion. Louis Favre, au milieu de tout cela, il dérangeait. On ne savait pas dans quelle case il fallait le mettre, donc on a probablement choisi de l’oublier. A mon sens cela a été un choix totalement conscient et ceci, à haut niveau.

Tribunes Romandes  Pour rédiger cette biographie, vous avez fait trois ans de recherches à plein temps. Est-ce que vous avez rencontré des barrières ou est-ce que ça a été « facile » d’accéder à tous ces documents ?

N.G : J’ai eu les deux… Les barrières ont été la méfiance de certains par rapport à ce sujet mais surtout le fait que ce livre n’était pas souhaité par beaucoup de gens car ils préféraient que Louis Favre reste oublié. Mais j’ai bénéficié de l’aide d’un grand nombre de personnes. A partir du moment où les gens se rendaient compte du sérieux de mon projet, dès l’instant où une question en enchaînait une autre, on m’a beaucoup aidée. Que ce soit chez les missionnaires ou chez les historiens de la résistance.

Tribunes Romandes  Ce livre, c’est votre première biographie, mais vous avez aussi écrit des romans. Qu’allez-vous écrire ensuite ?

N.G : Ce travail m’a moralement épuisée parce que tout du long, je me suis posé la question : « Qu’est-ce que j’aurais fait à sa place ? ». C’est la question qu’on peut tous se poser en lisant cet ouvrage. Louis Favre était une personne si exceptionnelle qu'après son destin hors normes j'ai eu besoin d'une pause. En ce moment j’écris plutôt des nouvelles et des choses un peu plus faciles avant de me relancer dans l’écriture d’un autre livre.

Romain Wanner, Rédacteur en chef des Tribunes Romandes

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

 

 

 

Partager cet article

1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..