Entretien avec le Dr Mary Shuttleworth, Présidente de Youth for Human Rights International

TRIBUNES ROMANDES L'association internationale Des jeunes pour les droits de l'Homme a organisé récemment à Genève le 7e Sommet international annuel des droits de l'Homme pour les jeunes. Quel bilan tirez-vous de cet événement ?

Dr Mary Shuttleworth Le 7e Sommet international annuel des droits de l’homme a souligné le rôle précieux de la jeunesse dans l’effort visant à sensibiliser les gens aux violations des droits humains, tout en en mettant en place les bases d’une éducation aux droits de l’homme à travers le monde. Le but de Youth for Human Rights International est d’enseigner aux jeunes les droits de l’homme et notamment la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies et de les encourager à devenir des défenseurs de la tolérance et de la paix.

Les présentations des jeunes, tant au cours des discussions individuelles que des débats de groupes et des tables rondes, ont donné beaucoup d’exemples de ce qu’ils avaient fait dans leurs pays respectifs pour promouvoir les droits de l’homme, des obstacles qu’ils avaient rencontrés et des succès remportés. Les objectifs du sommet étaient conformes aux directives des Nations Unies en l’honneur de l’Année internationale de la jeunesse: « Dans sa résolution proclamant l’Année, l’Assemblée générale appelle les gouvernements, la société civile, les individus et les communautés à travers le monde à appuyer diverses activités destinées à célébrer cette Année tant aux plans mondial que local. Sur le thème «Dialogue et compréhension mutuelle», l’Année vise à encourager le rapprochement des générations. Elle devra promouvoir des idéaux de paix, de respect des droits de l’homme et des libertés. »

Les travaux du sommet seront résumés dans un rapport final qui sera publié à large échelle pour partager ces précieuses contributions avec les personnes intéressées. Il proposera des possibilités d’action pour soutenir la mise en place de l’éducation aux droits de l’homme et contribuer à la discussion en cours au sein du Conseil des droits humains des Nations Unies.

TRIBUNES ROMANDES Dans le monde entier, des enfants travaillent pour les besoins de l’industrie occidentale et dans des conditions périlleuses. Ne pensez-vous pas qu'elle a une part de responsabilité dans le non respect des droits de ces enfants?

Dr Mary Shuttleworth Le travail des enfants est un problème dévastateur. Selon l’UNICEF, « on estime à 158 millions les enfants de 5 à 14 ans qui travaillent, soit un enfant sur six dans le monde ». Parfois, on rencontre des situations complexes où les enfants gagnent le pain de la famille. Je pense notamment à certaines familles en Afrique, où des enfants prennent soin de leurs frères et sœurs et d’un parent mourant du VIH/sida. Souvent, ces enfants, privés de leur enfance, de leur éducation et d'autres droits humains, travaillent de nombreuses heures dans des conditions dangereuses.

En théorie, nous pourrions tenir l’industrie pour responsable, mais la transparence est un problème majeur. J’ai bien peur en effet que les industries qui font travailler des enfants deviendraient tout simplement clandestines, avec des conditions pires pour les enfants. Je crois donc que l’éducation est la clé pour une sensibilisation au problème et une amélioration systématique des conditions, ainsi que pour demander une éducation de base pour les enfants, demander de meilleures conditions de travail, des salaires honnêtes, etc., et ainsi œuvrer en direction de l’éradication du travail des enfants, tout en mettant en place des filets de sécurité sociale pour aider et élever les enfants. Je parle de filets de sécurité sociale parce que cela me rappelle l’histoire d’une jeune fille qui avait perdu son travail à l’usine et fini par travailler dans un bordel pour pouvoir acheter de la nourriture pour sa famille.

Donc, nous pouvons tenir l’industrie pour responsable, mais nous devrions aussi accélérer l’évolution globale nécessaire pour parvenir à une vraie transparence quant à la production des biens. L’éducation est la clé de l’éradication du travail des enfants.

TRIBUNES ROMANDES Les industries employant de la main-d'oeuvre enfantine sont très variées. Cela va de l’industrie du cuir dans la région de Naples (en Italie) à la fabrication préindustrielle de briques au Pérou et en Colombie. Pensez-vous que le monde économique est suffisamment conscient de l’importance de ce problème ?

Dr Mary Shuttleworth Dans le commerce, peu de gens savent où et comment les produits sont fabriqués. Ils achètent quelque chose dont ils ont besoin ou envie et paient pour ces biens avec le sentiment de donner un échange correct pour la marchandise. Le manque d’éducation aboutit à une quantité de questions non posées et d’abus non déclarés.

De plus en plus d’articles, de films, de conférences et de campagnes ont aidé à sensibiliser les gens à ces problèmes du travail des enfants. Le film « Le diamant de sang », qui décrit les dures réalités des mines de diamants en Sierra Leone, en est un exemple. Il est absolument nécessaire que les commerçants et les consommateurs soient mieux informés sur le travail des enfants. Les campagnes de sensibilisation des consommateurs sont capitales car, en fin de compte, ce sont eux qui contrôlent le commerce.

TRIBUNES ROMANDES Y-a-t-il une nécessité d'exiger aux entreprises suisses, un code de bonne conduite par rapport de produits importés ?

Dr Mary Shuttleworth C’est une bonne question et je pense y avoir déjà répondu en partie. Je crois que plusieurs actions sont nécessaires, notamment :

-  des campagnes de sensibilisation sur le travail des enfants pour les commerçants ;

-  des campagnes de sensibilisation sur le travail des enfants pour les consommateurs ;

-  une amélioration systématique et l’obligation d’améliorer les conditions en visant l’éradication du travail des enfants, tout en prévoyant des filets de sécurité sociale pour garantir les droits fondamentaux de ces enfants ;

-  la promotion de l’éducation aux droits de l’homme dans tous les établissements d’enseignement pour sensibiliser la communauté à l’importance des droits humains fondamentaux ainsi qu’à nos responsabilités.

TRIBUNES ROMANDES Que peut faire le milieu économique pour combattre efficacement l’exploitation des enfants dans les pays du tiers-monde ?

Dr Mary Shuttleworth Les consommateurs contrôlent le commerce. Des consommateurs qui posent des questions sur la façon dont la marchandise a été produite renforcent la production éthique des biens et la transparence. Les consommateurs doivent savoir qu’ils ont non seulement des droits humains, mais aussi des responsabilités, selon l’article 29 de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies. Les droits humains et les responsabilités sont inséparables si l’on veut bâtir un monde plus humain. L’éducation est la clé!

Interview réalisée par Thierry Dime

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..