Entretien avec Louise Anne Bouchard à propos de son roman Montréal Privé

Je savais que ce petit livre ne pouvait qu'être publié qu'au Québec.  D'abord parce qu'il raconte une réalité difficile à cerner pour les européens.  Dans les années soixante il a fallu se battre pour imposer la langue française dans une province composée de six millions d'habitants, entourée de vingt-trois millions de canadiens anglais et de deux cent cinquante millions d'américains. Il fallait imposer notre langue, chez nous.

Ce fût difficile de revenir dans la ville où j'ai grandi, après sept ans d'absence. Je n'ai pas retrouvé mes repères, j'avais l'impression que mon île avait été désertée. Je ne reconnaissais plus les rues, les cafés, et surtout, je me faisais accueillir en anglais: j'en aurais pleuré. Montréal Privé est un petit livre intimiste, une réflexion personnelle.

Jacques Lanctôt a été mon premier éditeur.  Je ne l'en remercierai jamais assez.  Je lui avais envoyé un manuscrit, « Cette fois Jeanne », il l'a lu et il l'a publié. Ce livre a fait que j'ai pu commencer à travailler comme scénariste. Il me semblait logique que Montréal Privé, écrit des années plus tard, soit édité chez lui et non en Suisse.

TRIBUNES ROMANDES  Un livre qui vous a marqué à l'adolescence

Louise Anne Bouchard Je devais avoir quinze ou seize ans lorsque j'ai lu « Sur la route » de Jack Kerouac.  Le livre culte m'avait frappé en plein cœur.  Puis j'ai vu une interview à la télé de Jack Kérouac, dont la famille est originaire du Québec. Pendant cette interview il expliquait que l'origine du mot « beat generation » ne lui était pas venu en tête à cause du mot « rythme » mais plutôt à cause du mot « béatitude ». L'auditoire s'était moqué de lui. Pas moi. Ses fans acceptaient mal de reconnaître que le succès de « Sur la route » reposait sur un malentendu.

Je lisais aussi Anaïs Nin, à la même époque: son écriture était à couper le souffle.  Elle racontait des moments de sa sphère privée et parlait des gens qu'elle rencontrait, ce qui n'était pas très intéressant à mon avis,  mais elle l'écrivait drôlement bien!

En arrivant en Suisse j'ai cherché un éditeur pour « La Fureur ». Je l'ai envoyé à Dimitrievic de l'Age d'Homme qui l'a accepté, sans m'avoir rencontrée.  Il y avait eu un lancement et Dimitrievic, qui savait être acerbe comme personne, avait dit devant la quinzaine d'auteurs réunis à sa table que la seule qui était entrée dans sa maison d'édition de la bonne manière c'était moi, avec un manuscrit que j'avais envoyé par courrier.  C'était difficile pour moi de ne pas sourire.

TRIBUNES ROMANDES  A propos des écrivains suisses?

Louise Anne Bouchard Ici comme ailleurs, je connais des personnes (jeunes et moins jeunes) qui ont publié trois nouvelles dans des magazines et qui roulent des mécaniques comme s'ils étaient candidats au Nobel.  C'est assez pathétique. Je suis assez asociale en ce qui concerne les lancements, les réunions soirées-lecture d'associations diverses entre copains copines extasiés qui lisent entre eux des textes à l'état d'ébauche: à force d'écouter l'avis de tout le monde ils finissent, eux, par n'avoir plus rien à dire. Il y a ceux qui veulent devenir écrivain puis d'autres qui aspirent désespérément à être publié. C'est différent. Par contre je me déplace volontiers pour un écrivain dont j'ai aimé le roman, l'entendre lire des extraits de son œuvre. Si je fréquente peu les écrivains, je les lis. Et je paye leurs livres!

Je lis beaucoup et de tout. Bien sûr, il y a les classiques suisses, mais je m'intéresse beaucoup aux jeunes auteurs et chroniqueurs qui ont tous publié récemment: Douna Loup, Laure Mi Hyun Croset, Isabelle Flükiger. Dans un autre registre Mélanie Richoz, ergothérapeute de formation, est un écrivain drôle et prometteur. Je suis impatiente de lire son premier roman qu'elle publiera en 2012. Quentin Mouron, vingt-deux ans, qui publie ces jours un premier roman chez Olivier Morattel Éditeur (disponible en janvier 2012) a une écriture extraordinaire, enchanteresse. Sebastian Dieguez neuropsychologue, (également chroniqueur pour le journal Vigousse) a publié l'an passé Maux d'Artistes aux Éditions Belin: sa plume est redoutable. Et enfin, je rêve que le chroniqueur Fred Valet réunisse ses textes dans un ouvrage que je me promets de lire et de relire les jours de pluie.

TRIBUNES ROMANDES  Ces jours?

Louise Anne Bouchard Je travaille sans relâche à l'écriture de mon neuvième roman qui paraîtra en 2012. Ces temps, mes journées ne sont pas de tout repos.

 

A propos de l'auteure: Louise Anne Bouchard à est née à Montréal et habite en Europe depuis 1991.  D'abord photographe de formation, scénariste et metteur en scène, elle a publié huit romans dont Montréal Privé chez Lanctôt Editeur, Québec

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

Partager cet article

1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..