« La légende de Little Eagle » de Florian Rochat

Alors qu’il effectue en 1999 une recherche pour « Cougar corridor », son précédent roman, Florian Rochat tombe, dans un petit musée du Montana, sur une lettre postée de France en 1947. Elle témoigne du comportement héroïque d’un très jeune pilote américain, qui s’était sacrifié durant la guerre pour éviter que son avion tombe sur une maison, dans un petit village de Champagne.

Douze ans plus tard, l’auteur a une idée : une femme d’aujourd’hui découvre une copie de cette missive, comprend que c’est grâce à ce pilote que sa mère, âgée de quatre ans à l’époque, a pu vivre… et donc plus tard lui donner la vie. Cette femme d’aujourd’hui doit donc sa vie à  ce pilote d’autrefois.

 

Tel est le point de départ de « La légende de Little Eagle ». Bouveversée, Hélène Marchal décide de se rendre dans le Montana pour tenter d’en savoir plus sur le premier lieutenant John Philip Garreau, et elle parviendra, grâce à des documents et des rencontres inattendues, à reconstituer sa vie. Sa légende. Celle d’un jeune indien Blackfoot passionné d’aviation qui voulait s’intégrer à la société blanche américaine, sans pour autant rejeter ses origines et sa culture, ceci à un moment charnière dans l’histoire des Amérindiens.

Nous suivons cet adolescent (il n’a que dix-huit ans !), de son baptême de l’air jusqu’à son dernier combat à bord de son Mustang P-51, en passant par sa formation, son transfert sur une base aérienne en Grande-Bretagne (d’où il accompagne des formations de bombardiers sur l’Allemagne), et ses derniers jours à Borgo, en Corse… où il rencontre Antoine de Saint-Exupéry. Les deux hommes ont une conversation poignante sur le mystère de la mort du Petit Prince, dont on verra plus loin pourquoi elle angoisse tant le jeune Johnny Garreau.

Malgré ses séquences de combats aériens et son « décor » 39-45, « La légende de Little Eagle » n’est pas un roman de guerre, même si on y découvre ce qu’était vraiment la vie fascinante et effrayante des pilotes de chasse. Ni un roman d’amour. Quoi que… C’est plutôt un livre sur le destin – celui qu’on essaie de se choisir, celui qu’on subit ou qui nous façonne – et les éléments inattendus dont il dépend. Un livre aussi sur le sens et le poids des histoires, petites et grandes, qui relient les êtres entre eux de manière mystérieuse et merveilleuse, dans le temps et dans l’espace, comme l’auteur l’illustre à plusieurs reprises dans son récit. La preuve par la lettre dont il est question plus haut, bien réelle, qui a généré la création de ce roman captivant et émouvant: Florian Rochat raconte qu’il a, tout récemment, pu retrouver son auteur et lui parler au téléphone ! Soixante-cinq ans après !

Florian Rochat se dit très intéressé par la révolution numérique en cours dans le monde de l’édition, raison pour laquelle il a publié son livre – qu’il peut vendre ainsi, sous une forme dématérialisée, pour le prix d’un café ! – sur diverses plateformes de librairies virtuelles. Bien que l’une d’entre elles offre toutefois une version papier de son ouvrage, celui-ci n’est pas distribué en librairie. Pour l’acheter, il faut aller cliquer sur le site de l’auteur, qui présente par ailleurs des compléments intéressants, sous forme de liens, sur le contexte social et historique de l’histoire : www.florianrochat.com

 

Caroline Baud – Rédactrice TRIBUNES ROMANDES

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

Partager cet article

1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..