Interview d’Audrey Martinenq, Responsable de l’analyse des politiques éducatives à Aide et Action International à propos de la journée mondiale du climat le 8 décembre

Tribunes Romandes  Vous avez récemment publié le rapport « Coup de chaud sur l’éducation » qui décrit l’influence des changements climatiques sur l’éducation. Quel lien existe-t-il entre le réchauffement climatique et l’éducation ?

La nature du lien est complexe, car il y des liens directs et d’autres plus indirects. Un exemple de lien direct est l’augmentation des catastrophes naturelles qui détruisent ou endommagent les infrastructures scolaires. En septembre 2011 au Cambodge, 1 000 salles de classe ont dû être fermées plusieurs semaines suite à des inondations : c’est considérable à l’échelle de ce pays. Et quand les écoles ont été réouvertes, seule une partie des enfants y est revenue : les autres ont définitivement décroché. Car globalement, les enfants qui quittent l’école, même momentanément, ont 30% de risques de plus de ne jamais y retourner que les enfants qui y restent.

Mais les changements climatiques ont aussi des effets indirects sur l’éducation, par ricochet pourrait-on dire. Prenons un exemple concret. Détérioration des écosystèmes, diminution des précipitations et augmentation de la fréquence et de l’intensité des catastrophes naturelles sont parmi les transformations causées par le changement climatique et ont des conséquences importantes sur les récoltes, ce qui contribue à une augmentation des prix de l’alimentation, notamment des céréales de base. Pour les familles pauvres, cette hausse des prix équivaut à une baisse importante de leur pouvoir d’achat : elles sont alors contraintes de diminuer voire de supprimer toutes les dépenses non vitales – comme celles liées à l’éducation – et de diversifier leurs sources de revenus – en recourant par exemple au travail des enfants. Le lien est indirect, mais réel. Nous montrons dans ce rapport qu’en impactant la provision de nourriture, la santé des enfants ou encore l’agriculture, les changements climatiques finissent par affecter l’éducation. Or, ce qui nous inquiète particulièrement, c’est que les pays les plus vulnérables aux changements climatiques sont aussi ceux dans lesquels le nombre d’enfants non scolarisés est le plus élevé …

Tribunes Romandes  Combien de personnes  vont être touchées à moyen terme par les effets du changement climatique et, finalement, quel   en serait le prix à payer pour les enfants des pays concernés?

Aujourd’hui, 325 millions de personnes sont déjà concernées par les changements climatiques et 250 millions sont affectées par des catastrophes naturelles dont l’origine est liée au changement climatique. L’augmentation du nombre de phénomènes météorologiques extrêmes et la dégradation de l’environnement, associées à la croissance démographique et l’urbanisation rapide, sont susceptibles à moyen terme de conduire à une hausse de 320% du nombre de personnes affectées par des catastrophes naturelles et d’accroître la vulnérabilité de quatre milliards de personnes.

Les enfants sont particulièrement vulnérables. Ils figurent parmi les principales victimes des catastrophes naturelles, sont physiologiquement plus sensibles aux modifications de l’environnement, tandis que les maladies liées à des facteurs environnementaux – comme le paludisme ou les maladies diarrhéiques – sont responsables de plus d’un tiers des décès d’enfants de moins de 5 ans … Face à la combinaison des crises économique et environnementale, nous craignons d’assister à une diminution de l’accès à l’éducation et une recrudescence du travail des enfants, alors que de réels progrès avaient été enregistrés sur ces deux aspects.

Tribunes Romandes  Vous parlez également de phénomènes  comme la migration et la baisse des récoltes. En quoi ces phénomènes compromettent-ils l’accès à l’éducation ?

La migration constitue clairement un facteur de risque pour l’éducation des enfants. Pour plusieurs raisons : il peut arriver par exemple que les enfants ne disposent pas des papiers nécessaires à leur inscription à l’école, ou qu’il n’y ait pas assez de places dans les établissements pour les accueillir. Il est également fréquent que l’accès à l’école soit refusé à un enfant pour le seul motif qu’il est de nationalité étrangère ou qu’il ne parle pas la langue locale. Globalement, la migration est donc très souvent associée à une rupture éducative. En Inde par exemple, où Aide et Action International a mené dans l’état d’Odissa une vaste enquête sur l’accès à l’éducation des enfants de travailleurs migrants, 51% d’entre eux ont déclaré ne pas aller à l’école depuis leur départ, et 28% ont affirmé ne jamais avoir été scolarisés.

Concernant les récoltes, il faut se rappeler qu’une grande partie de la population mondiale dépend de l’agriculture pour survivre. C’est particulièrement le cas des populations les plus pauvres. Si les récoltes sont mauvaises en raison de la sécheresse ou si elles ont été détruites, toutes les ressources des familles sont orientées vers la survie et celles-ci n’ont dès lors plus la capacité financière de scolariser les enfants. Cette année au Niger, dans les zones affectées par la sécheresse, ce sont presque 10% des enfants scolarisés qui ont du abandonner l’école …

Tribunes Romandes  Mettre le doigt sur des problèmes, c’est une chose, mais quelles sont les solutions que vous proposez réellement et à quel prix ?

C’est l’autre aspect du lien entre les changements climatiques et l’éducation : si les changements climatiques affectent l’éducation, l’éducation constitue en retour le meilleur moyen de les atténuer et de s’y adapter. Ce sont nos comportement et attitudes que nous devons transformer, et cela ne se fera pas sans maîtriser les connaissances liées au climat et sans éducation. Rendez vous compte : à Madagascar, 25% des personnes interrogées pensent que les cyclones sont d’origine divine et 27,5% ne savent pas les expliquer ! Notre objectif est donc de remettre l’éducation et les enfants au cœur des politiques climatiques pour que celles-ci appuient un développement durable et respectueux des ressources de notre planète.

Cela signifie concrètement qu’il faut transmettre aux enfants dès leur plus jeune âge les connaissances et compétences nécessaires, développer des lieux d’accueil sûrs et sains, et favoriser la prévention et la préparation aux catastrophes naturelles. Nous mettons en œuvre ces recommandations sur le terrain à travers nos projets. Au Vietnam, nous formons, dès l’école maternelle, les enfants et leurs familles à la préservation des protections environnementales naturelles par exemple. En République dominicaine, un programme de formation à la gestion communautaire des ressources naturelles a déjà permis de reboiser 200 hectares et de mieux gérer les ressources en eau. En Chine et à Madagascar, les actions de l’association se concentrent sur la prévention et la préparation des populations à la gestion des catastrophes naturelles, notamment en nous appuyant sur les enfants et les jeunes qui sont particulièrement créatifs, volontaires et convaincants lorsqu’il s’agit de protéger leur environnement et leur communauté.

Ces solutions sont peu coûteuses. Chaque année, il faut 16 milliards de dollars pour permettre à chaque enfant d’accéder à l’éducation primaire : c’est la moitié de ce que dépensent les Américains et les Européens en crèmes glacées.

Tribunes Romandes  Pourquoi est-ce que l’ONG Aide et Action a-t-elle choisi ce cheval de bataille ?

Notre mission est de permettre au plus grand nombre d’enfants et de jeunes d’accéder à une éducation de qualité, car nous pensons que l’éducation est le facteur le plus puissant de l’émancipation et que sans elle, il n’y a pas de développement durable. Or non seulement les changements climatiques hypothèquent l’éducation et le bien-être de millions d’enfants dans les pays en développement, mais nous pensons de surcroît que l’éducation est l’un des meilleurs moyens de lutter contre les changements climatiques, de s’y adapter et de promouvoir des modèles de développement plus respectueux de la vie humaine et de l’environnement. Travailler à l’amélioration de l’éducation, ce n’est pas se limiter à l’école. C’est prendre en compte l’ensemble des facteurs qui impactent le système éducatif. Or, les changements climatiques sont un enjeu incontournable des politiques de développement et d’éducation du 21ème siècle et cette responsabilité, en tant qu’ONG de développement, nous incombe.

Romain Wanner, rédacteur en chef de Tribunes Romandes

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

Partager cet article


parisot (13.11.2015 (10:12:10))
un article intéressant

guy venin
1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..