Interview d’Yves Paudex à propos de son ouvrage : Histoires presque vraies de la Secrètes paru aux éditions Cabédita

Yves Paudex, ancien commissaire de police vaudois, a écrit un recueil de nouvelles ou plutôt d'histoires de flics inédites, car racontée jusqu'à ce jour entre policiers. Certaines anecdotes ont été vécues par l'auteur, d'autres sont issues du bouche à oreille. Drôle, très vaudois, parfois touchant, cet ouvrage décrit une police que le citoyen ne connaît peut-être pas, une police parfois gaffeuse, une police à visage humain.

Tribunes Romandes  La Police que vous décrivez dans ce livre, existe-t-elle encore aujourd’hui ?

YP : Non... Ce livre relate des anecdotes de la police « à l'ancienne ». La police « à papa », comme disent les jeunes avec raison. Ce qu'il faut savoir, c'est qu'en trente ans, la police a vécu deux séismes. Le premier changement fondamental a été l'arrivée de l'informatique. Naguère, certains policiers, piètres dactylographes, tapaient à la machine avec la méthode dite « de l'aigle », à savoir quand le doigt tourne un instant au-dessus du clavier avant de fondre sur la touche désirée. A peine, avaient-ils appris les rudiments du Commodore 64, qu'une seconde révolution plus profonde touchait le monde policier : la découverte de l'ADN et l'émergence des sciences forensiques. Cela signifiait la fin de la prédominance de l'aveu, même si près de 30 % des enquêtes criminelles sont encore résolues grâce à l'aveu. Alors me direz-vous, que reste-t-il de la police « à l'ancienne » ? Des histoires, des anecdotes dont certaines semblent datées, mais qui ne le sont, finalement pas tant que ça.  

Tribunes Romandes  Dans votre livre, on peut voir une certaine tolérance vis-à-vis de l’alcool. Est-ce encore le cas ?

YP : Non, clairement non... Les jeunes n'ont heureusement plus les excès des anciens. Ceux relatés dans ce livre ne sont plus tolérables au niveau de l'éthique et c'est très bien. En revanche, ce que je constate aussi, c'est que si les jeunes boivent de l'eau, ce qui est un progrès, certains en prennent hélas les propriétés : ils sont insipides, incolores et inodores. L'image d'une police sous vide, aseptisée ne me convient pas. Dans ce métier, il faut du caractère, une capacité à dire non, à se remettre en question. J'espère que les forts caractères que j'ai connus dans la police perdurent. Il en va de son efficacité.

Tribunes Romandes  Pensez-vous qu’aujourd’hui, la police est trop discutée politiquement ?

YP La police est disciplinée. Elle obéit par essence. Son rôle est le maintien de l'ordre public. Elle fait face à ce défi quotidien, malgré un sous-effectif chronique et des décisions politiques parfois sujettes à caution. Il serait souhaitable que certains élus prennent conscience de l'importance de la sécurité publique en dehors des périodes électorales... 

Tribunes Romandes  Quel est le parcours que vous avez traversé avant d’arriver à l’écriture ?

YP : A la police de sûreté, j'ai suivi un parcours « traditionnel », d'inspecteur à commissaire. Je n'ai pas, à proprement parlé, un tracé pluridisciplinaire. Mon expérience est principalement judiciaire ; à savoir, vols, crimes, incendies, sauf une incursion de cinq ans dans le monde de la nuit.   

Tribunes Romandes  Est-ce que ce livre est le premier d’une longue série ?

YP : Je travaille sur un prochain livre, une fiction, un roman policier qui n'aura rien à voir avec les gaudrioles vaudoises des policiers du siècle passé.

Romain Wanner, rédacteur en chef de Tribunes Romandes

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

Partager cet article

1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..