« ODILE, LA FEE DE LUXIANA », roman posthume d’Hélène Biolley

 

« ODILE, LA FEE DE LUXIANA » est une chronique de la vie genevoise de 1917 à 1975, écrite par Hélène Biolley. Un roman posthume en quête d'éditeur ou l’amour de l'auteure pour l’histoire et ses personnages nous restitue un patrimoine genevois savoureux et touchant.

J’ai assisté à plusieurs de ces lectures captivantes, qui plongent l’auditeur dans une Genève de l’époque, intime et pittoresque, dans un style vivant, sincère, coquin, drôle ou tragique au gré des événements. Je suis convaincue que cette chronique pourrait passionner un large public genevois et intéresser un éditeur.

Ainsi commence le récit: « Elle marche un peu péniblement ; aidée d’une canne, elle remonte ce qui fut sa rue, la rue des Vieux Grenadiers. Elle a changé, terriblement changé, cette rue ; elle aussi. Elle s’arrête. Tout d’abord, il manque l’odeur. Cette rue avait une odeur, une saveur spéciale, celle des étrangers et de leurs cuisines qui se mélangeaient et se mariaient agréablement ; puis les cris, les babils, les petites gens.

Maintenant, sa rue est devenue « The Must Street », la rue des galeries, la rue du Mamco. Elle a une autre saveur, celle d’un autre mélange fait de cuisine et de recettes culturelles, plus clean, plus aseptisée ; elle n’a plus les mêmes vibrations, plus les mêmes émotions. Est-ce pourtant dire qu’il n’y a plus rien ?

Une interprétation, une réflexion sur le monde d’aujourd’hui assurément. Va-t-elle aller jusqu’à pénétrer dans le monde de l’art contemporain qu’est le Mamco ? Elle s’arrête et hoche la tête… Un homme, appuyé sur une canne, la suit… » Le royaume des enfants « Luxiana », en référence à la devise genevoise « Post tenebras Lux » se situait à la rue des Anonymes, impasse aujourd’hui disparue et devenue la rue du Colonel Coutau. Pourquoi la fée ? Parce qu’Odile pendant toute sa vie suscite l’admiration de tous, malgré l’inimitié de certains.

Le récit commence en 1917, date de naissance de l’auteure, et se poursuit jusqu’en 1975, et quelques années plus tard en l’an 2000, autour du personnage d’Odile et des habitants de la rue des Vieux Grenadiers. On les suit, de leur petite enfance au royaume imaginaire de Luxiana, jusqu’à leur vieillesse pour certains. Odile n’hésite pas à tout dire. Elle a 83 ans en l’an 2000, quand démarre le roman-récit. Elle se promène dans le quartier de son enfance et se souvient. Au deuxième chapitre, en 1975, l’exécution par Franco des Basques en Espagne déclenche le retour dans le passé, et là commence le récit chronologique de la vie d’Odile et de son entourage.

Les personnages évoluent dans les quartiers de Plainpalais, les Eaux-Vives, Saint-Gervais, le Bois de la Bâtie, mais aussi Sézenove, Neuchâtel-Peseux, les Cévennes, l’Irlande. C’est l’époque de la guerre d’Espagne, la deuxième guerre mondiale, le début de la guerre d’Irlande, la création de l’ONU, et à Genève la naissance des jardins familiaux, la floraison des grandes brasseries, l’ouverture des grands magasins, les joutes politiques, économiques, sociales, avec notamment Léon Nicole et Géo Oltramare. Tout cela affecte le « petit peuple », comme le nomme l’auteure de ces quartiers populeux.

Au décès d’Hélène Biolley en 2005, son fils Denis Gardon s’est trouvé devant 40 cahiers manuscrits en espérance d’éditeur. Après lecture et en attendant la mise en traitement de texte, il a eu l’idée d’en faire lecture sous forme de feuilleton dans des cafés genevois, en collaboration avec d’autres personnes ayant le goût du texte lu à haute voix, Danielle Schibler et Claude Claverie. L'auteure place la femme au centre du récit, avec ses audaces, ses désillusions, sa malice ; Odile se marie quatre fois, elle a sept enfants, deux amants, deux amantes.

Le ton pétillant du récit, le don de l’auteure pour les descriptions, les passages coquins, le talent de répartie de certains personnages hauts en couleur, leur truculence, et les idiomes genevois dont le roman est truffé, captivent les auditeurs.

" A Piogre, on ferre les mouches " : à Genève, on réalise l’impossible.

" Raves pour les raves": tant pis !

Egalement la présence de personnages importants de la République : André Chavannes, Ruth Dreyfuss, le chanteur Sarclo, liés à la vie et aux difficultés des Genevois pendant les années de guerre et de résistance. Le rappel des événements internationaux comme le Jeudi Noir de Wallstreet, la politique des régimes totalitaires, le passage à Genève de Sartre, Simone de Beauvoir, Camus, Malraux.

 

Par Marie-Françoise Le Guern/Rédactrice Tribunes Romandes

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés 

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..