Halte à la chronophagie !

Au XVIème siècle, plusieurs explorateurs du nouveau monde s’insurgeaient contre une pratique des habitants de ce qu’est aujourd’hui le Brésil, l’anthropophagie. Ces gens-là avaient pour habitude de manger leurs ennemis de guerre afin de terminer leur vengeance en allant jusqu’à se repaître du corps de celui qui avait tué des membres de leur tribu.

Aujourd’hui, rien n’est plus pareil… Les brésiliens ne se mangent plus entre eux, ouf ! En revanche, à notre époque, on mange notre temps ! En effet, la chronophagie est aujourd’hui bien plus répandue que ne l’était à l’époque l’anthropophagie… Malheureusement pour nous, on ne viendra pas nous prendre nos terres et nous imposer des coutumes qui ne nous appartiennent pas, pour que nous changions notre mode de vie sachant que c’est la planète entière qui est touchée ! Donc sauf attaque extraterrestre, on va devoir se débrouiller tout seul avec nos bouffeurs de temps, voilà qui commence bien mal…

Depuis quelques temps, l’adjectif chronophage accompagne de près les nouvelles technologies de l’information et de la communication, comme les réseaux sociaux, internet (si on part d’un point de vue global) ou encore des plateformes comme youtube ou dailymotion sur lesquelles il peut arriver que l’on parte chercher un truc précis pour revenir des heures plus tard après avoir regardé tout et n’importe quoi sans franchement se rendre compte que l’on perdait du temps…

Le premier point, c’est que cela inquiète les parents. En effet, de voir leurs enfants « glander », pour reprendre le terme qu’utilisaient mes géniteurs lors de mon adolescence, devant un écran toute la journée, stresse souvent les parents sans qu'ils ne sachent pour autant comment gérer le jeune.

Mais le phénomène ne se limite pas aux adolescents, il semblerait que ce soit une bonne partie de la population qui perde son temps, ou le mange, selon le point de vue… Honnêtement, je n’ai jamais réussi à n’avaler ne serait-ce une seconde, c’est beaucoup trop d’effort pour un résultat qui vous laisse un peu sur votre faim.

Le patronat aussi s’inquiète de ce phénomène car cela rendrait les employés, ceux aux tendances chronophages, complétement inutile sur leur lieu de travail tant leur temps est dévoré par la mise à jour de leurs statuts Facebook ou la lecture des statuts de tous leurs concitoyens.

L’origine du problème est très difficile à cerner, est-ce le fait d’avoir un accès permanent au réseau internet via le Wi-Fi, le réseau 3G et autre ? Possible, mais on ne peut être sûr de rien… Ce qu’il faut noter, c’est qu’on a peut-être trop de temps ?! Cela n’est pas la chose qui vient en premier lorsque l’on s’intéresse au problème, mais on a peut-être du temps à perdre, tout simplement…

A d’autres époques, ce problème n’existait pas, ou beaucoup moins. En effet, l’absence de réseau internet forçait les gens à sortir pour se voir (curieuse méthode, que même  les années n’ont toujours pas su expliquer) et après des journées de travail de 14h, une fois l’usine fermée pour la nuit, on rentrait chez soi, on passait du temps en famille ou avec des amis, on dormait et on recommençait ! Si, d’aventures, on avait un petit temps de repos, on pouvait y caler un peu de lecture, soi-disant pour élever son esprit, mais fondamentalement, c’était plus pour passer le temps qu’autre chose.

On en arrive au point de chute, qui est chronophage ? Et à quel stade… ?

Finalement, on peut relativiser cette étape, si on a le temps, on peut le manger, le perdre ou encore l’occuper comme on veut. Ce n’est pas réellement pour cela que l’on est chronophage, mais la chronophagie réelle sera plutôt celle qui vous poussera à  jouer à Angry Birds ou à QWOP toute la nuit, sachant très bien que les trois heures de sommeil qu’il va vous rester sont largement insuffisantes…

Mais, l’important, c’est surtout de ne pas être dépendant d’une de ces technologies. Le simple fait d’avoir un ordinateur peut être chronophage lorsqu’il ne fonctionne pas (et même quand il fonctionne, il y a toujours un truc qui ne va pas…), on y passe des heures alors qu’avec un papier et un stylo, on aurait peut-être terminé. Probablement pas en fait, car malgré le temps perdu, on gagne facile deux jours pour envoyer un mot à un client par mail au lieu d’utiliser la poste et même si on passe deux heures à taper sur l’écran car rien ne s’affiche, c’est quand même du temps de gagné. La dépendance s'explique, quant à elle, par un besoin d'aller sur un site en particulier, qui se fait manque lorsque l'individu en est privé quelques heures ou ne serait-ce qu'un jour.

Certains scientifiques relient la chronophagie à une mauvaise gestion de l’agenda. Surtout, ne tentez pas de résoudre ce type de problème avec un agenda électronique, c’est un peu comme si, ayant un pied cassé, vous vous tiriez une balle dans l’autre pour marcher plus facilement… Ca n’aide pas, au contraire.

L’agenda facile et pratique est malheureusement toujours en papier, car l’électronique de pointe a encore trop de point commun avec l’informatique d’aujourd’hui.

Pour terminer, il n’est pas recommandé de comprendre cet article dans le sens de « si j’ai le temps, j’ai le droit de faire comme ils l’ont fait un temps au brésil en mangeant mon voisin de palier que je n’apprécie pas ». Malheureusement, l’anthropophagie est prohibée encore aujourd’hui… Peut-être dans quelques siècles ce sera au tour de la chronophagie !

Romain Wanner- rédacteur en chef des Tribunes Romandes

Copyright © TRIBUNES ROMANDES - Tous droits réservés

Partager cet article

1000 caractères restants
Antispam Rafraîchir l'image

DOSSIER

Comment aborder un sujet aussi sensible que le suicide ?

Les experts de la prévention, les professionnels de la santé ou du social, tous s’accordent sur un point : il faut parler du suicide. Mais la thématique est délicate, et il faut la traiter avec prudence, sans banalisation ni stigmatisation. Du 1er au 12 novembre,...   A lire..

INTERVIEW

Entretien avec Didier Mourron, par Nicolas Emilien Rozeau

Si la définition de l’artiste pouvait se dessiner, alors sous les traits de Didier Mouron naîtrait Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Didier Mouron. Qui est Didier Mouron ? Un artiste, certe...   A lire..

EVASION

Contrées authentiques au Yunnan et dans le Nord du Vietnam

Tout au long de son histoire, la Chine a toujours été une superpuissance d’Asie. Et pas seulement question richesse et force: la diversité culturelle et géographique a toujours été unique et les Chinois ne vivent pas sur...   A lire..

EDITORIAL

Faut-il savoir cuisiner pour manger « équilibré » ?

C’est la grande mode du moment, parler de l’alimentation « saine ». On tente de bannir de nos assiettes la graisse, le sel, le sucre, mais pour les remplacer par quoi ? Je ne vais ...   A lire..

100% FEMME

La couleur des sentiments, roman de femmes extraordinaires

Alors que tout le monde se précipite dans les salles obscures pour découvrir le nouveau film de Tate Taylor, La couleur des sentiments (The Help en version originale), moi, je me bouche les oreilles et je plonge dans le roman qui l’a inspiré. Co...   A lire..

VOS DROITS

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre?

Je souhaite acquérir un appareil électroménager par internet et je suis tombé sur un site qui me propose une réduction de 40%. Comment puis-je être certain que ce site n'est pas un leurre? Existe-t-il un organisme européen (ce site de vente n’est pas basé en suisse) que je peux contacter afin d'avoi...   A lire..

Santé et bien-être

Le choix du féminin

Les tendances des dernières fashion weeks parlent d’elles-mêmes. Sur la scène de la mode actuelle, le féminin brille sou...   A lire..

SPOTLIGHT

Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes

Violaine Martinella-Grau, appointée à 80% à la gendarmerie vaudoise, a fait de son expérience de terrain un riche terreau qu'elle cultive avec passion. Psychologue du travail, formatrice pour adultes et professeur vacata...   A lire..